Tag "dons"

Voyage solidaire en Géorgie… Tri des dons et préparation des malles…

Gros week end à courir sur Paris pour récupérer les dons donnés par Annie Daulé qui une fois de plus a réaliser avec ses nombreux donateurs un formidable travail d’emballage et d’étiquetage.Tri des dons de Claire Fontaine et FC Villepreux…Nous avons chargé 4 malles aluminium et 2 énormes sacs pour emporter le maximum de dons.

Nos espérons récolté l’argent si l’objectif des 1000 euros aboutit pour acheter sur place le matériel nécessaire pour couvrir les besoins de enfants handicapés. Le site pour participer si vous désirez nous aider.

Installation des longues portées à LED et sirène ambulance sur la camionnette pour affronter les pistes géorgiennes et arméniennes…

Aidez Imedi Handicap sur ULULE en participant à notre projet en Géorgie…

 

L’association Imedi Handicap intervient pour les enfants en situation de handicap dans les montagnes d’Adjarie en Géorgie depuis des années pour apporter des fauteuils roulants, des sièges avec coques roulants, des chassis sur mesure, des poussettes et mener un projet de construction d’un centre de santé.

Une mission a été organisée sur place avec une ergotherapeute qui a apporté une chaise en kit complètement réglable pour des enfants ne pouvant que rester allonger toute la journée afin de réaliser des plans pour une construction sur place.

Grâce à ces chaises les enfants pourront participer aux activités et rester en position assise longtemps…

Notre association Voyageurs du Cœur va se rendre sur l’objectif solidaire dans le village de SHUAKHEVI pour apporter du matériel (vêtements, scolaires, jeux, …) pour améliorer le quotidien des enfants…

Aidez nous financièrement en participant à notre projet de récolte de dons sur le site ULULE…

Message de Marie-Claire présidente d’Imedi Handicap
Chers sympathisants,
Dans 20 jours, cette opération sur Ulule sera terminée. S’il vous plaît, faites circuler cette information.
Nous avons un partenariat avec l’association “Voyageurs du cœur”, qui a monté ce projet pour venir se joindre à nous, en soutien aux familles de Shuakhévi.
Leur participation à nos côtés, lors de la journée festive à Shuakhévi le 12 juillet prochain est très importante. Cette grande fête va être le déclencheur pour notre association “imédi handicap”, de toutes nos actions futures :
  1. journée d’information auprès de la population du district le 18 juillet
  2. semaine de formation pour les professionnels de l’éducation en septembre.
  3. semaine de formation pour les professionnels du paramédical – date à définir.
  4. travaux de rénovation du centre d’accueil de jour pour enfants handicapés.
  5. rencontres avec les familles concernées par le handicap de leurs enfants.
  6. etc …..

https://fr.ulule.com/shuakhevi-georgie/

Je souhaite vraiment que l’association “Voyageurs du cœur” remplisse son contrat sur Ulule, et puisse venir partager ses dons humanitaires, sa joie et son énorme cœur avec nous, à Shuakhévi.
Aidons les !
Merci à tous et toutes.
Marie-Claire
Actions IMEDI HANDICAP en Géorgie

Voici les articles de presse parus dans les quotidiens nationaux géorgiens. L’un est de 2016, l’autre est tout récent.
Egalement, des courrier de soutien pour notre projet, de la Municipalité de Shuakhévi, et de l’association “McLain”.
Ceci pour vous dire que notre association se fait une place sous le soleil géorgien.
La municipalité de Shuakhévi va commencer les travaux de rénovation du local de 150 m2 qui sera le centre d’accueil de jour pour enfants handicapés du district, car une rallonge budgétaire a été accordée par le gouvernement d’Adjarie.
Nous entrons dans la phase opérationnelle du projet qui devient une réalité :

organisation des formations professionnelles.
organisation juridique de la structure : qui fait quoi ? quel sera le statut juridique du centre ?
qui y travaillera, et qui paiera les salaires ?
qui va subventionner pour le démarrage ?
Comment la Municipalité prendra t-elle la relève ? calendrier à établir.

Article sur l’association sur le site de l’ambassade de France en géorgie

 

 

A propos du don…

 

Tous ceux d’entre nous qui ont participé à des voyages solidaires sont revenus avec de beaux souvenirs pleins la tête, mais aussi avec un grand nombre d’interrogations.

Nous ne changeons pas le monde, c’est lui qui nous change lorsque nous le parcourons. Telle est notre devise.

Les voyages que nous faisons se veulent touristiques et utiles, nous avons toujours revendiqués ce côté non professionnel, mais face succès remporté par cette manière de voyager, il nous semble primordial de faire ici une mise au point importante.

C’est pourquoi nous avons voulu porter à votre connaissance le texte ci-dessous,  extrait d’un article paru en 2006 sur le très intéressant site Ritimo (Réseau d’information et de documentation pour le développement durable et la solidarité internationale) et repris dans la charte du don de l’Association Planète Urgence.

Donner des vêtements, de la nourriture, des médicaments sont des réflexes courants envers les plus démunis. D’autant plus quand on vit dans des pays riches où l’on a plus qu’il ne faut, et que l’on se sépare souvent d’objets dont on se dit qu’ils pourraient servir à d’autres. Malheureusement, tout n’est pas si simple dans ce domaine, et si le don semble la forme la plus naturelle de la solidarité, il n’est pas forcément la meilleure et il peut même quelquefois être la pire.

C’est un étonnant paradoxe, mais certains gestes de générosité peuvent en effet nuire à leurs bénéficiaires. Les dons peuvent être inappropriés, inadaptés, dangereux, polluants, destructeurs de l’économie locale, etc.
Ils peuvent également créer des relations de pouvoir, générer des comportements d’assistés, augmenter les inégalités, alimenter les marchés noirs… Autant de choses auxquelles on ne pense pas forcément quand on vide ses placards, ses rayons ou ses entrepôts.

Le don de matériel est rarement une solution pour être solidaire de façon plus efficace et responsable. Et si l’on fait un don, il faut que ce soit un don réfléchi, basé sur une demande précise émanant du ou des bénéficiaires et non une opportunité de donner des choses dont on ne veut plus ou dont on ne sait plus quoi faire.

Nous adhérons aux idées portées par ce texte et voulons par cette publication affirmer notre volonté d’actions réfléchies, cadrées et intelligentes.

Donner oui, mais donner bien, donner mieux (et pas forcément des biens matériels) en gardant toujours à l’esprit cette citation “La main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit” (Amadou Hampâté Bâ), qui peut être notre garde fou pour préserver la dignité des personnes auxquelles nous souhaitons venir en aide.

N’hésiter pas à réagir sur cet article, tous vos commentaires sont les bienvenus.

[URGENT] Besoin de dons matériels pour le voyage solidaire en Géorgie et Arménie

 

Nous avons besoin de votre aide, nous recherchons d’urgence de bonnes chaussures pour enfants de 5 à 16 ans pour compléter les 100 kilos de vêtements que nous offre notre association partenaire bretonne pour notre périple en Géorgie et Arménie.

Le gouverneur de Shuakhévi et son adjointe suivent avec Imedi Handicap notre partenaire l’évolution du futur centre d’accueil pour personnes atteintes d’handicap. Chiffrement du montant des travaux, demande d’aide de la province pour le financement, premiers plans… C’est en bonne voie….
Nous avons rendez-vous à Shuakhévi le 12 juillet pour ce projet d’apport de matériel.
Nous comptons livrer du matériel scolaire, des vêtements, des chaussures et des affaires de toilette…
L’an dernier, comme nous le précise Imedi Handicap, lors d’un rassemblement de personnes handicapées du district, les enfants sont venus pieds nus; alors si vous pouvez trouver des chaussures, même d’occasion à nous donner, nous les apporterons volontiers.
Un rassemblement des enfants avec le groupe d’enfants danseurs / chanteurs du district sera normalement organisé le 12 juillet sur la place du village… Nous réaliserons des vidéos et photos de cette journée.
SVP pouvez vous mobiliser vos familles et nous apporter de bonnes chaussures et des crayons ou feutres pour ces enfants de villages isolés…
Un grand merci pour votre aide. Pour nous joindre vous pouvez utiliser le formulaire contact.
Vous pouvez aussi faire un don par PayPal ou par chèque en utilisant ce formulaire.

 

Transcaucasie 2017… Voyage solidaire en Géorgie et Arménie… de Paris aux montagnes du Caucase…

 

Un voyage solidaire en Géorgie et Arménie pendant 2 mois été 2017 en parcourant l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la Serbie, la Bulgarie, la Georgie, l’Arménie, la Turquie, la Grèce, l’Albanie et l’Italie… Suivez nos aventures au fil des semaines…

Nous avons choisi pour ce voyage un Mercedes Sprinter 4X4 ex véhicule de l’EDF. Nous le préparons actuellement pour le rendre opérationnel avant le départ en 2017.

  • Moteur optimisé (135 cv) – Amortisseurs KONI Raid
  • Pneus BF Goodrich All terrains sur roues acier 16 pouces renforcées de Mercedes 300 G
  • Panneau solaire 100 W – 220 volt à bord – Frigo CF Waeco
  • 3 batteries (Moteur + Auxiliaire depuis panneau solaire + Auxiliaire depuis moteur)
  • Sièges Alfa 147 pivotant – Réservoir GO 110 litres – Réservoir d’eau 45 litres

1 an pour le rendre opérationnel avant le départ. Nous avons parcouru plusieurs pays d’Europe avec en 2016 sans le moindre problème mécanique. Cela nous met en confiance pour ce grand voyage… Nous avons améliorer quelques aménagements et agréments intérieurs… et changer par prévention les roulements et rotules…

Nous partons cette année avec un 2ème équipage bien connu des Voyageurs du Cœur Jacques et Marie-France depuis 2006 et notre voyage en Serbie.

 

L’association Voyageurs du Cœur réalisera des objectifs solidaires en Géorgie et en Arménie…

Vous pouvez faire un don à notre association VOYAGEURS DU CŒUR qui sera utilisé pour des actions solidaires en Géorgie…

Nous réalisons notre objectif solidaire le 12 juillet 2017 à SHUAKHEVI en Georgie où tout le village s’est mobilisé pour nous recevoir avec les enfants et les autorités de la région. Nous distribuerons les dons de vêtements, de chaussures, des maillots et ballons de foot, du matériel scolaire, … Vous pouvez nous aider se rendant sur notre projet de participation sur ULULE.

Nous poursuivrons vers le Nord sur Mestia, Ushguli, OMALO et nous irons à KHONI et BARISAKHO pour 2 objectifs solidaires pour Action D’Orient.

… puis nous irons en Arménie pour venir en aide à une école où se trouvent 51 enfants à qui nous allons apporté des fournitures scolaires et différents dons acquis sur place.

(*) voir en fin de page nos partenaires pour ce voyage

GEORGIE

Nous arrivons par la douane terrestre de Sarpi.

http://www.renaudin-rieu.fr/wp-content/uploads/2015/10/armenia-landscape.jpg

Découvrir les principales cités de Géorgie et les sites les plus connus du pays pour favoriser les rencontres avec les locaux en privilégiant les campagnes et les pistes, en découvrant une culture riche où la tour de guet côtoie le village médiéval et l’église, la mosquée ou la synagogue comme pour donner une leçon d’harmonie entre les différentes architecture et les civilisations qui ont fait la richesse du pays…

Rendez vous sur le site de “Le Monde Pour Passager”.

Retrouvez de superbes photos sur le site de Nicolas Pernot.

http://www.renaudin-rieu.fr/wp-content/uploads/2015/10/georgie.jpg

Nous allons suivre une piste au Nord de la Géorgie qui nous permettra d’atteindre des villages reculés et difficilement accessibles. En accéléré cette piste…

A voir sur ce lien de bien belles photos

Road to Shatili, une autre piste qui donne envie de visiter cette région.

Autre vue autre frisson de cette piste à flanc de montagne…

Khevsureti – Shatili – Mutso (Хевсурети – Шатили – Муцо)

La piste d’OMALO que nous allons emprunter… la video de la piste…

et en accéléré accrochez vous… une autre vue avec un motard…

Par temps de pluie…

Découvrir de nouveaux peuples à travers cette route de montagne.

On y va aussi pour cela la puissance émotionnelle du chant…

Une superbe course de chevaux…

http://www.renaudin-rieu.fr/wp-content/uploads/2015/10/photo_27.jpg

ARMENIE

Partir à la découverte de l’histoire d’un peuple à la générosité et aux sourires légendaires, les Arméniens ont su préserver leur patrimoine et garder intact l’héritage culturel légué par leurs ancêtres. Les sites incontournables où les monastères et les églises constituent de véritables trésors de l’architecture médiévale arménienne où les monastères de Sanahin, Haghpat, Khor Virap ou Kobayr, la cathédrale  Zvartnots et le temple païen de Garni évoquent les époques fastes qu’a vécu le pays au cour de son histoire.

Nous réalisons notre objectif solidaire le vers le 29 juillet 2017 sur un programme qui s’appelle “Teach for Armenia” avec des jeunes qui enseignent dans les écoles éloignées. Nous irons à l’école de Yaghdan dans la région de Lori, au nord de l’Arménie. “L’école a 51 élèves qui ont beaucoup de besoins et toute aide sera très appréciée” des mots de Tatev qui nous aide à organiser le rendez-vous.

Quelques liens pour découvrir ce beau pays chargé d’histoire…

https://www.youtube.com/watch?v=ymlCV6LVndg&t=750s
https://www.youtube.com/watch?v=uZ7uM1nmXQU
https://www.youtube.com/watch?v=a4071UwTDMw
https://www.youtube.com/watch?v=SgL2IKV8UB0

https://www.youtube.com/watch?v=sI0Bl7AfQJc

https://www.youtube.com/watch?v=_BlnCrWWD1E
https://www.youtube.com/watch?v=ymlCV6LVndg

TURQUIE

Suivre les traces des grandes caravanes de la route de la soie qui traversèrent cette terre à mi chemin entre orient et occident à la quête de richesse et de prospérité. Nous resterons au dessus d’Ankara pour la traversée du pays. Immense richesse que les grandes cités d’Anatolie, entre détroit du Bosphore et Mont Ararat, qui virent le jour avec les différentes civilisations qui vécurent sur cette terre.

Entre la mer noire et la Méditerranée ou encore la mer Egée et la mer de Marmara de grandes cités telles Éphèse, Istanbul, Izmir, Konya et Antioche ont façonné l’histoire du pays et demeurent encore debout, comme un témoignage du passé…

Au retour nous passerons à ANI l’ancienne capitale Arménienne qui se trouve en Turquie…

OBJECTIFS SOLIDAIRES

GEORGIE – Shuakhévi

L’association IMEDI HANDICAP intervient pour les enfants en situation de handicap dans les montagnes d’Adjarie. Voyageurs du Coeur va se rendre sur l’objectif solidaire pour apporter du matériel (vêtements, scolaires, jeux, …) pour améliorer un peu leur quotidien… Quelques photos de là bas…

Vous pouvez faire un don à notre association VOYAGEURS DU CŒUR qui sera utilisé pour acheter des dons directement en Géorgie pour cet objectif…

Résultat de recherche d'images pour "cadenas coeur"Page privée réservée aux membres du voyage

(*) Associations et sociétés partenaires:

Euro4X4parts.com  50 000 références : pièces détachées et accessoires pour tous les 4×4 circulant en Europe. 4 niveaux de qualité : origine, OEM/OES, adaptable (cahier des charges origine), performance. Prix importateur et conditions privilégiées pour les clients professionnels. Le service en plus : livraison express partout dans le monde, kits, pièces rares & conseil mécanique

COMBS-AUTOMOBILE    Faites le bon choix en choisissant le garage Mécanique COMBS-AUTOMOBILES situé à Combs-la-Ville. Le garage est tout particulièrement spécialisé dans la restauration mécanique des voitures anciennes et de collections.

Action d’orient:  L’association nous aide à valider des objectifs en Georgie et Armenie grâce à ses nombreux contacts et son engagement pour ces pays.

imedi Handicap: L’association nous aide sur un objectif en Georgie à Shuakhévi où nous devrions livrer des vêtements et des affaires scolaires données par notre partenaire Claire Fontaine.

AAM: L’association nous aide depuis des années en nous fournissant des dons de grande qualités sous forme de vêtements pour enfants préparés avec soin.

ANGE & DIVINE

Un grand merci à Paula et Clothilde du salon “Ange et Divine” à Gagny (coiffeuses préférées de Véronique). Des vêtements de qualité donnés pour Voyageurs du cœur. Ils ont trouvé une place dans notre camionnette, ils partent pour la Géorgie.

TEACH for ARMENIA  Organisation de jeunes qui enseignent dans les écoles éloignées et dans le besoin.

LE MONDE POUR PASSAGER: Des conseils de la part de Marc Mellet grand voyageur et patron de la société d’édition Le Monde pour Passager

Clairefontaine: Depuis 1950, l’une des priorités de Clairefontaine est d’apporter les meilleurs outils aux enfants pour leur éducation en proposant des cahiers de qualité pour une scolarité irréprochable. Pour ce voyage solidaire Clairefontaine nous apporte énormément de matériels scolaires pour la Géorgie et l’Arménie…

Merci à Isabelle pour son carnet précieux, Marc Mellet de “Le Monde pour Passager” pour ses précieux conseils de voyageur et la richesse de ces livres, Annie, Alain, Marie-Claire pour leurs engagements et leur aide.

OffRoadMag La revue digitale sous forme de PDF interactif !

Le Journal du 4X4    4×4, SUV, essais, accessoires, rallye, actualités, tout est sur le journal du 4×4

Camping CAR chez VDC Maroc

Une virée au Maroc pour notre baroudeur Jean-Luc qui nous avait déjà accompagnée en Mongolie avec son camping-car…

DSC_0006

Nous rentrons du Maroc ou nous avons, avec les clients d’Orcada voyages, fait des opérations distribution colis de vêtements offert par les équipages Orcada.
a Moamedia remise des colis a vdc maroc au secrétaire de l’association designé par ali notre fidèle membre depuis des années.

DSC_0007
A Agdz remise des colis a l’association des femmes en faveur des handicapés.
A Merzouga remise de colis éducatifs a la petite école du village Gnawa.
a Merzouga lors du tour dans le désert en 4×4 remise de vêtements aux familles nomades démunies….voila un petit exemple de ce que nous faisons depuis 3 ans au Maroc…ci joint 2 photos..nous retournons en mars/avril je recontacterai ali.
Amicalement
Dany et Jean-luc

Un camion de Suisse vers la Serbie…

Un de nos membres suisses Gildo avec sa famille se sont mobilisés pour faire partir un camion de dons pour la Serbie. Les graves inondations qui ont lieu en ce moment nécessitent que l’on se mobilise pour ce peuple si méritant.

IMG-20140521-00070

Nous voudrions réaliser la même opération depuis Paris mi-juin. Si vous connaissez des personnes partant avec un camion en direction de Valjevo (100 kms au sud de Belgrad) merci de nous prévenir et prendre contact avec l’association.

Solidarité et entraide pour une famille du Doubs…

Que dire de plus pour finir l’année 2013 que d’exprimer l’entraide, la solidarité, l’échange et ne pas écouter tous ceux qui se réfugient dans la suspicion des intentions ou les critiques des actes au lieu de s’ouvrir à l’autre parfois… Une fois de plus merci pour cet élan de générosité…

1536658_363632160440606_1270403543_n

Une famille qui a tout perdu le soir de Noël a pu bénéficier d’un grand élan de générosité de la part de réseaux sociaux capables de se mobiliser pour redonner l’énergie de reconstruire…

Article dans presse locale…

 

PORTUGAL – Orphelinat Colegio de La Salle – nos membres suisses recherchent de l’aide

 

orphelinat portugal

Comment venir en aide à un orphelinat au Portugal ?

Pour cela envoyez nous des dons matériels si vraiment vous possédez des bons plans dans la liste ci-dessous sinon du budget pour réaliser des achats sur place lors de la visite de nos membres.

orphelinat portugal 2

65 enfants de 11 a 20 ans

Besoins :

–          matériel hygiène ( Shampoing, dentifrice, brosses a dents) sont toujours bienvenus
–          Pas besoin d’habits
–          Besoin de chaussures sportives mais des fois, c’est préférable d’avoir l’argent et d’acheter sur place et comme cadeaux de Noël.

en portugais du père qui s’occupe de l’institution:

Bom dia.
Recebo o vosso e-mail e agradeço a vossa disponibilidade em nos ajudar.
Temos 65 crianças e jovens (11 – 20 anos).
Material de higiene (champô, pasta de dentes, escovas de dentes…) é material sempre bem-vindo.
Roupa não precisamos.
Precisamos de calçado desportivo mas, às vezes, é melhor entregar o dinheiro e nós compraríamos conforme as necessidades e como prenda nas festas de anos.
Cumprimentos.
Ir. César

 

 

VOYAGE EN RUSSIE et MONGOLIE – 3 mois d’aventures aux pays de Michel Strogoff et de Gengis Kahn…

Bonjour/Zdravstvouïtié

Après avoir visité Saint-Peterbourg et Moscou avec ses cathédrales aux toits dorés, ses longues façades baroques et néoclassiques des palais, ses canaux, ses jardins où les allées sont parées de statues et de fontaines, le musée de l’ermitage (splendide), la place rouge, les stations de métro moscovites décorées de mosaïque, de sculptures en bronze aux couloirs en marbre ainsi que le goum (centre commercial luxueux) ; la neige stalinienne tombe à Moscou. En fait, c’est le pollen des nombreux arbres de la ville. Les jeunes filles moscovites sont très jolies. Elles créent la mode : des robes longues aux mini-shorts, des rayures aux motifs fleuris, des couleurs vives aux couleurs pâles, des ballerines/sandales aux talons très hauts La vie est chère (20 à 30 % de plus qu’en France), le pouvoir d’achat d’une grande majorité de russes n’est pas élevé. Seul le prix de l’essence est avantageux : 70 centimes d’euro le litre de diesel à payer avant de se servir. Nous constatons qu’une des boites de vitesse de la voiture fuit depuis plusieurs jours nous obligeant à surveiller le niveau régulièrement, tout sera réparé dans un garage d’Oulan Bator grâce à la livraison express d’une pièce envoyée par notre partenaire Euro4X4parts.com.

Deux équipages partent prétextant que la route et les visites les fatiguent. Nous mettrons plusieurs jours à accepter cette situation sachant qu’à Perm une équipe sur place nous attend pour réaliser une action solidaire, de leurs côtés tout se préparait pour accueillir quatre véhicules ; tant pis malgré la grande déception nous assurerons à deux équipages cette rencontre avec le personnel hospitalier et les enfants.

A travers le pays le contact avec les russes est très différent de ce que nous connaissons. Certains russes ne font aucun effort pour nous comprendre. C’est surprenant. D’autres semblent désolés de ne pas nous renseigner en français ou en anglais. L’anglais nous sert peu. Rien de mieux que le langage des signes. Sur la route, les russes sont dangereux : aucun respect de la sécurité routière. Nous croisons des Lada 21.07, des Uaz, des camions par dizaine, des Kamaz, des voitures de luxe sans oublier les Hummer. Les routes sont rectilignes mais souvent en mauvais état. Beaucoup de policiers, peu de contrôles. Les zones traversées sont marécageuses, ce qui explique les moustiques à profusion. Nous avons visité Kazan avec sa Mosquée et ses cathédrales.

Les routes défoncées commencent à solliciter nos véhicules, les révisions du soir sont nécessaires, niveaux, nettoyages, petites réparations rtyhment les bivouacs.

Nous avons réalisé notre premier objectif humanitaire à Perm : un hôpital pour enfants tuberculeux. L’hôpital est vétuste mais propre. Le personnel est attentionné aux enfants. Les chambres possèdent 4 lits. Nos dons sont les bienvenus. Ils semblent manquer de matériel mais n’osent pas le dire. C’est un premier contact.

Les kilomètres s’enchaînent 7000 km à avaler en 2 semaines. Nous privilégions les parkings de camions gardés aux bivouacs avec invasion de moustiques. La voiture est poussiéreuse. Nous aussi. Sur la route, des russes nous saluent gentiment. Nous avons des marques de sympathie. Nous sommes même photographiés.

Nous goutons les spécialités russes, c’est quelquefois “intéressant ” : soupe froide de pommes fermentées avec morceaux de saucisses, concombres, pommes de terre et aneth. Le borchtch (soupe chaude à la betterave) est excellent. Les raviolis à la viande sont acceptables, les beignets fourrés à la viande un peu gras. Nous devons payer le pain qui accompagne nos plats, quelquefois il est rassis. Cela fait partie du folklore. Nous tombons sur des serveuses peu aimables qui nous parlent russes avec impatience, d’autres sont charmantes et rigolent avec nous. Nous cuisinons “français ” avec notre réchaud. Nous continuons la route. Les routes sont parfois très abîmées. Les stations services possèdent souvent des guichets sécurisés avec grille. Nous devons payer à l’avance sinon pas d’essence. Le paysage est verdoyant, toujours marécageux avec des forêts de sapins et de bouleaux. . Nous avons traversé Jekaterinburg, Omsk, Novosibirsk (villes industrielles peu attrayantes). Nous sommes à Krasnojarsk. Quelques pannes soudures de réservoir auxiliaires cassées sur l’Iveco, fuite en sortie de boite de transfert seront résolus en arrivant en Mongolie dans Oulan Bator.

Nous avons visité Irkutsk , contrée où Michel Strogoff prit vie. Jules Verne nous a fait rêvé avec ce roman, nous le vivons aujourd’hui. Ville moderne envahie de panneaux publicitaires avec un marché de produits chinois côtoyant des magasins de luxe. Par ailleurs, de jolis bâtisses aux différents styles, de belles églises. Ville culturelle également : musées, théâtre, cinéma et même un cirque.

Nous reprenons la route. Quelquefois, des vaches broutent sur les bords de la route transibérienne. Une chèvre traverse sans se soucier du passage incessant des véhicules. Nous voyons malheureusement quelques chiens écrasés. Les russes doublent à droite, doublent dans les virages sans visibilité. Souvent, un véhicule se trouve face à nous dans notre file. Aussi beaucoup d’accidents. Il faut redoubler de vigilance.

Nous avons longé au sud, le lac Baïkal. La sérénité qui s’en dégage en fait un endroit unique. La route est vallonnée : les montagnes russes. 8% à 10 % de montées ou de descentes sur 2 km plusieurs fois. Des forêts de sapins à perte de vue. Un bref passage à Ulan Ude puis direction la douane. 2h30 le passage en douane russe et Mongole.

Arrivée en Mongolie, la nature s’offre à nous. Nous ne reconnaissons pas le paysage, nous sommes dans le nord de la Mongolie. La terre est sablonneuse et pourtant l’herbe pousse. Quelques arbres s’élèvent dans ces dunes à perte de vue. Notre premier bivouac mongol est agrémenté par de petits écureuils noirs qui se cachent dès qu’on les approche. Des petits chiens de prairie traversent la route. Au loin, nous apercevons les premières yourtes avec des troupeaux de chèvres. De jeunes cavaliers s’entraînent pour le Naadam. Des yacks broutent au bord de la route. Nous nous dirigeons vers Oulan Baator et déjà nos yeux se brident.

A Oulan Bator, Les jeunes filles utilisent des parapluies en guise d’ombrelles. Il faut dire qu’il fait 35 degrés. Ville du 4X4 par excellence, on les comprend, les routes sont abîmées. Je n’ai jamais croisé autant de Hummer de ma vie. La capitale possède une allure très soviétique, les bâtiments comportent parfois des colonnades, construits en carré autour d’une cour aménagée.

Après avoir visité la ville et ses musées, nous visitons la statue géante de Genghis Khan près de Nalaïkh. Il s’agit d’un monument argenté haut de 40 mètres. On ne peut pas le manquer. Nous retrouvons aussi d’autres voyageurs du cœur avec qui nous prolongeons nos visas.

Nous avons eu l’honneur de rencontrer le vice-ministre de la santé, qui sortait d’une réunion avec le premier ministre pour lui parler de nos actions envers les handicapés de Mongolie avec l’association « Creative pour femmes ».

Nous avons visité le premier monastère bouddhique de Mongolie à Karakorum. À son apogée, 1000 moines vivaient entre ses murs. Nous traversons des steppes aux vertes vallées, des forêts de pinèdes, nous longeons des chaînes montagneuses aux roches volcaniques.

Nous petit-déjeunons souvent en compagnie des chevaux, des yacks, des chèvres et des moutons. Les chiens de prairie rentrent dans leur terrier dès que nous les approchons, pendant que des rapaces volent au dessus de nos têtes.

Les pistes sont de plus en plus difficiles avec des dévers, des roches sur les chemins, des bourbiers ce qui confirme la grande dureté des pistes mongoles annocées avant notre départ. Nous avons retrouvé au bout de 2h30 de recherche dans la steppe nos amis motards réunionnais avec qui nous réalisons un projet de donner les motos achetées par Voyageurs du Coeur à la fin de leur périple à des familles défavorisées. Ambiance chaleureuse assurée sous une pluie de grêle. Le temps change très vite en Mongolie.

Après un bain dans les sources chaudes, nous nous dirigeons vers Tsetselerg. Beaucoup de mouches mais pas de mouches TséTsé…

Les toits jaunes, verts, bleus, rouges des maisons des villages égayent les vertes vallées. Au loin, nous apercevons des dizaines de points blancs et noirs au flanc des montagnes, ce sont des troupeaux de chèvres et de moutons.

Après Tsetselerg, nous nous arrêtons près de la formation rocheuse de Taïkhar Chuluu. Une légende raconte qu’un grand baatar aurait anéanti un énorme serpent avec cette gigantesque pierre. La modernité fait son apparition dans les steppes, les troupeaux sont quelquefois rassemblés par des motards. Les antennes satellite et les panneaux solaires ornent les yourtes.

Nous reprenons les routes/pistes “Orangina, secouez-moi, secouez-moi” à cause des cailloux, des roches, des ravines… Le linge étendu à l’arrière de la voiture, fait des soleils. Nous roulons à 20 -30 km/h. Nous avons appris à vivre avec la poussière, la boue et les inondations. Les Hommes et la mécanique souffrent. Heureusement, la gentillesse des nomades, les paysages somptueux, la faune et la flore nous émerveillent. L’odeur du thym sauvage dans les prairies réveille nos sens perdus.

À Tosontsengel ; les maisons en bois, les allées poussiéreuses et les cavaliers donnent à cette ville un air de Far-west. Uliastay est entourée de rivières, la vallée est luxuriante. On en profite pour faire nos lessives.

Surprise, en faisant nos courses en ville : nous retrouvons nos amis Voyageurs du Cœur avec deux jours d’avance. Grande retrouvaille. Quel bonheur ! En nous dirigeant à trois véhicules vers Altay, la piste devient sablonneuse. Nous croisons un troupeau de chameaux. Jolie rencontre, au détour d’un chemin. En se dirigeant ver Biger, nous bivouaquons à 3000 mètres d’altitude, il fait très froid, la doudoune est obligatoire.

Le lendemain, nous traversons un canyon, il fait 40 degrés. Nous roulons dans le lit d’un torrent sur 10 kilomètres avec de réels franchissements, un 4X4 est indispensable. Il faudra plus de 2 heures à la sortie pour faire 6 kilomètres et rejoindre une piste.

Nous sommes dans le désert de Gobi, désert de cailloux, désert de sable. À Bayan-Ondor, nous réalisons un objectif. Nous faisons dessiner les enfants du village et leur offrons des feutres, crayons de couleurs, ballons, survêtements. Ils nous ravissent en réalisant un spectacle de danse, c’est fantastique. Un chanteur nous interprète un chant diphonique, une jeune fille réalise des acrobaties. C’est fabuleux. Moment magique parmi les villageois.

Nous traversons Gurvantes. Nous reprenons la piste après avoir planté un drapeau pour notre partenaire Euro4X4parts.com dans une dune de sable. Nous lui devons bien cela sans lui plusieurs véhicules n’auraient pas été prêts et nous avons la chance d’avoir leur support de deux pannes importantes en recevant les pièces gratuitement depuis la France. Chapeau à eux pour leur soutien…

Nous arrivons à Dalanzadag capitale du Gobi. Trois jours à réparer les véhicules et panser les plaies du Gobi. La traversée a été difficile avec un des véhicules qui s’arrêtait tous les 20 kilomètres (problème de pompe), problème de chauffe moteur, radiateur perçé en plein désert (réparation avec soudure à froid et produit stop fuite), silents blocs amortisseurs fondus du à la tôle ondulée difficile à supporter…

Le périple continue, nous remontons vers la capitale. En chemin, nous assistons à plusieurs Naadam (course de chevaux, lutte, tir à l’arc). La course de chevaux s’étend sur 24 km, les cavaliers (des enfants) arrivent épuisés, les chevaux, en sueur. Il faut du courage pour finir la course. Deux chevaux traversent la ligne d’arrivée, seuls. Certains enfants montent à cru, en guise de bottes portent des chaussettes, sans bombe sur la tête. Heureusement les chutes sont peu fréquentes. La course est encadrée par des 4X4. Les enfants sont quelquefois très jeunes. À croire qu’ils ont appris à faire du cheval avant de marcher.

Les archers visent des cibles à terre. Lorsqu’elles sont atteintes, les ramasseurs de flèches entament un chant en levant les bras. Les combats de lutteurs sont quelquefois inéquitables, les poids légers peuvent rivaliser avec des poids lourds. Ils sont beaux ces athlètes vêtus d’une culotte découpée sur les cuisses, d’un boléro bleu ou rouge, de solides bottes de cuir à bout relevé et d’une calotte à pans rabattables en velours.

Nous prenons des pistes pour rejoindre Bulgan dans le nord. Il pleut et les pistes sont détrempées. Nous dépannons 2 véhicules avec notre treuil.  Jamais 2 sans 3, en descendant une piste de montagne, nous glissons sur la glaise plongeant une roue dans une ravine. Nous n’avions pas encore testé les pistes “patinoire” maintenant, c’est fait. Grosse frayeur car même à l’arrêt le véhicule glissait vers une piste abrubte, blocages mis en 1ere courte nous tentons de redresser doucement sans freiner mais la pente a eu raison du véhicule qui se couche sur le côté… Après quelques heures et d’huile de coude nous réussissons à le mettre en travers et lui permettre de franchir à coups de pelle et plaques les fossés permettant de rejoindre les champs. Une journée à rechercher une sortie pour s’échapepr de cette vallée.

Nous finissons le séjour mongol en visitant le monastère d’Amarbayasgalant avec ses temples bouddhiques. Nous avons de plus en plus de problèmes avec la boite de vitesse et la boite de transfert mais pas le choix nous reprenons la route du Nord… On croise les doigts.

2 heures à la douane de Kyakhta, nous revoilà en Russie.

Ulan-Ude, Irkutsk, nous sommes sur le chemin de retour.

On longe le lac baikal quand soudain bling, blang, bong la boite de vitesse joue de la batterie, le levier de vitesse se bloque mais nous offre une chance de continuer en acceptant la 3éme vitesse en guise de salut. Nous arrivons péniblement jusqu’au garage Toyota d’Irkoustk qui après une réflexion de la part des dirigeants acceptent finalement que l’on entre dans cet immense salle gorgée de ponts aux rutilantes berlines 4X4 perchées comme pour affirmer la suprématie de la marque en Russie. Démontage des deux boites de vitesse de notre 4X4 meurtri, le verdict est sans appel ; pas possible de réparer il faudra rappatrier la voiture à Paris mais comment faire, nous sommes à 10000 kms de Paris…

Après moultes négociations qui auront duré 5 jours, Mondial Assistance accepte de nous rappatrier en France dans le garage de notre choix. Nous restons 10 jours à Irkoutsk pour réussir le challenge de réussir à faire partir la voiture sans nous… La panne est une rencontre, nous avons cette chance de rencontrer Ivan parlant bien le français qui va nous faciliter les démarches avec les douanes, nous mettre en relation avec Olga la traductrice qui nous facilitera aux notaires chargés d’acter nos démarches administratives. 3 semaines plus tard la voiture arrive à bon port à Lyon au garage Couteau spécialiste de ce modèle de voiture.

La Mongolie, un pays à parcourir avec un vrai 4X4 sur la partie sud l’Altai et le Gobi. Nous avons subi des journées entières des pistes en devers, de la tôle ondulée, des pistes avec des ravines énormes, des cuvettes à franchir ou l’arrière touchait à chaque passage, des rivières à franchir, des culs de sacs en montagne au bout de 50 kms d’exploration… Un pays, un peuple à découvrir avant que la mondialisation transforme les fils du vent nomades aux grandes steppes en sédentaires entassés dans les grandes villes…

Article sur 4X4pasion 

 

Remontée vers le Nord de la Mongolie…

 

IMG_2151

3 âmes se sont envolées et le périple continue.
Nous remontons vers la capitale. En chemin, nous assistons à plusieurs Naadam (course de chevaux, lutte, tir à l’arc).
La course de chevaux s’étend sur 24 km, les cavaliers (des enfants) arrivent épuisés, les chevaux, en sueur. Il en faut du courage pour finir la course. Deux chevaux traversent la ligne d’arrivée, seuls. Certains enfants montent à cru, en guise de bottes portent des chaussettes, sans bombe sur la tête. Heureusement les chutes sont peu fréquentes. La course est encadrée par des 4X4. Les enfants sont quelquefois très jeunes. À croire qu’ils ont appris à faire du cheval avant de marcher.
Les archers visent des cibles à terre. Lorsqu’elles sont atteintes, les ramasseurs de flèches entament un chant en levant les bras.
Les combats de lutteurs sont quelquefois inéquitables, les poids légers peuvent rivaliser avec des poids lourds. Ils sont beaux ces athlètes vêtus d’une culotte découpée sur les cuisses, d’un boléro bleu ou rouge, de solides bottes de cuir à bout relevé et d’une calotte à pans rabattables en velours.
À Oulan Bator, nous déposons le jeune Arthur qui prend l’avion pour rentrer en France.
Nous prenons des pistes pour rejoindre Bulgan. Il pleut et les pistes sont détrempées. Nous dépannons 2 véhicules avec notre treuil. Jamais 2 sans 3.
En descendant une piste de montagne, nous glissons sur la glaise et hop, une roue dans une ravine. Nous n’avions pas encore testé les pistes “patinoire” maintenant, c’est fait.
Nous finissons le séjour mongol en visitant le monastère d’Amarbayasgalant avec ses temples bouddhiques.
2 heures à la douane de Kyakhta, nous revoilà en Russie.
Ulan-Ude, Irkutsk, nous sommes sur le chemin de retour.

Traversée du désert de Gobi…

 

feu gobi
Les toits jaunes, verts, bleus, rouges des maisons des villages égayent les vertes vallées. Au loin, nous apercevons des dizaines de points blancs et noirs au flanc des montagnes, ce sont des troupeaux de chèvres et de moutons.
Après Tsetselerg, nous nous arrêtons près de la formation rocheuse de Taïkhar Chuluu. Une légende raconte qu’un grand baatar (avec 2 a SVP, ce qui signifie : héros) aurait anéanti un énorme serpent avec cette gigantesque pierre.
La modernité fait son apparition dans les steppes, les troupeaux sont quelquefois rassemblés par des motards. Les antennes satellite et les panneaux solaires ornent les yourtes.
Nous reprenons les routes/pistes “Orangina, secouez-moi, secouez-moi” à cause des cailloux, des roches, des ravines… Mon linge étendu à l’arrière de la voiture, fait des soleils. Nous roulons à 20 -30 km/h. Nous avons appris à vivre avec la poussière, la boue et les inondations. Les Hommes et la mécanique souffrent.
Heureusement, la gentillesse des nomades, les paysages somptueux, la faune et la flore nous émerveillent. L’odeur du thym sauvage dans les prairies réveillent nos sens perdus.
À Tosontsengel, les maisons en bois, les allées poussiéreuses et les cavaliers donnent à cette ville un air de Far-west.
Uliastay est entourée de rivières, la vallée est luxuriante. On en profite pour faire nos lessives.
Surprise, en faisant nos courses en ville : nous retrouvons nos amis Isabelle et Didier avec deux jours d’avance. Grande retrouvaille. Quel bonheur !
En nous dirigeant vers Altay, la piste devient sablonneuse. Nous croisons un troupeau de chameaux. Joli rencontre, au détour d’un chemin.
En se dirigeant ver Biger, nous bivouaquons à 2825 m d’altitude, il fait très froid, la doudoune est obligatoire.
Le lendemain, nous traversons un canyon, il fait 40 degrés. Nous roulons dans le lit d’un torrent, un 4X4 est indispensable.
Nous sommes dans le désert de Gobi, désert de cailloux, désert de sable.

bayan ondor mongolie
À Bayan-Ondor, nous réalisons un objectif. Nous faisons dessiner les enfants du village et leur offrons des feutres, crayons de couleurs, ballons, survêtements. Ils nous ravissent en réalisant un spectacle de danse, c’est fantastique. Un chanteur nous interprète un chant diphonique, une jeune fille réalise des acrobaties. C’est fabuleux. Moment magique parmi les villageois.
Nous traversons Gurvantes.

 

 

drapeau
Nous reprenons la piste après avoir planté un drapeau dans une dune de sable.
Nous sommes actuellement à Dalanzadag
Véronique rieu

De la capitale à la steppe…

 

statue chinggis kahnA Oulan Bator, Les jeunes filles utilisent des parapluies en guise d’ombrelles. Il faut dire qu’il fait 35 degrés.
Ville du 4X4 par excellence, on les comprend, les routes sont abîmées. Je n’ai jamais croisé autant de Hummer de ma vie. La capitale possède une allure très soviétique, les bâtiments comportent parfois des colonnades, construits en carré autour d’une cour aménagée.
Après avoir visité la ville et ses musées, nous visitons la statue géante de Genghis Khan près de Nalaïkh. Il s’agit d’un monument argenté haut de 40 mètres. On ne peut pas le manquer LOL.
Nous revenons à Oulan Bator pour récupérer Arthur qui est venu en avion, le veinard. Nous retrouvons aussi d’autres voyageurs du cœur avec qui nous prolongeons nos visas.
Nous avons eu l’honneur de rencontrer le vice-ministre de la santé, qui sortait d’une réunion avec le premier ministre. Merci Laurent, pour ton ” perfect english language” sans toi, ouille, ouille, ouille.
Nous avons visité le premier monastère bouddhique de Mongolie à Karakorum. À son apogée, 1000 moines vivaient entre ses murs.
Nous traversons des steppes aux vertes vallées, des forêts de pinèdes, nous longeons des chaînes montagneuses aux roches volcaniques.
Nous petit-déjeunons souvent en compagnie des chevaux, des yacks, des chèvres et des moutons. Les chiens de prairie rentrent dans leur terrier dès que nous les approchons, pendant que des rapaces volent au dessus de nos têtes.
Les pistes sont de plus en plus difficiles avec des dévers, des roches sur les chemins, des bourbiers mais les garçons adorent.
Nous avons retrouvé nos amis motards réunionnais avec qui nous réalisons un projet de donner les motos à la fin de leur périple à des familles défavorisées. Ambiance chaleureuse assurée sous une pluie de grêle. Le temps change très vite en Mongolie.
Après un bain dans les sources chaudes, nous sommes actuellement à Tsetselerg. Beaucoup de mouches mais pas de mouches Tsétsé LOL
Bises à tous
Véronique pour VDC

Voyages solidaires en MONGOLIE avec notre agence locale sur place…

 

Cette idée est née de la conjonction de notre passion pour les voyages et de notre expérience des projets humanitaires réalisés depuis plusieurs années avec Voyageurs du Cœur.

Nous organisons avec une agence locale de tourisme VISITEZ LA MONGOLIE, des voyages solidaires dans le cadre du tourisme équitable basés sur un coût raisonnable pour les participants tout en préservant l’équilibre local par une prestation adaptée au groupe. Le respect de l’espace et de ses occupants.

Ne pas arriver en conquérant, ni même organiser des folklores pour touristes en mal de souvenirs photographiques mais plutôt des échanges chaleureux.

Voyager en petits groupes (9 personnes) ou plus, se comporter humblement auprès des femmes et de ces hommes qui nous accueillent, veiller à ne pas les déstabiliser en leur imposant notre vision du Monde. Chercher à comprendre les réalités locales, faciliter l’échange en le rendant efficace dans la durée.

Faire profiter le plus équitablement possible de la rencontre entre nos deux mondes, à commencer par les retombées touristiques, véritable vecteur de développement durable, en privilégiant toujours les intérêts locaux en minimisant l’impact de notre passage.

A partir de nos convictions nous devons être les ambassadeurs d’une sensibilisation et mobilisation d’une nouvelle race de voyageurs responsables…

Pour plus d’informations sur les voyages solidaires n’hésitez pas à adresser une demande d’information pour vous mettre en relation avec notre agence locale en Mongolie.

La Mongolie est une destination extraordinaire, des paysages à couper le souffle, une nature omniprésente, un territoire immense couvert de steppes. Le peuple nomade que vous aurez la chance de rencontrer est chaleureux et accueillant. Les coutumes et les traditions dans cette partie du monde sont uniques et très fortes.

Pour l’ensemble de nos formules, vous serez accompagnés par un ou plusieurs chauffeurs expérimentés et un guide mongol parlant bien le français.

Vous serez pris en charge dés l’aéroport à Ulan Bator par un guide parlant français qui sera votre interlocuteur pour l’ensemble du séjour.

Vous passerez les nuits en Yourte chaque soir chez des familles nomades ou exceptionnellement sous tente suivant les conditions de pistes…
Chaque jour vous pourrez réaliser des ballades pédestre et équestre, tous les repas seront compris pendant les 10 jours de randonnée dans la steppe (restaurants, cantines dans villages ou avec familles nomades).

A travers cette aventure vous découvrirez l’artisanat local, des coutumes autour de la yourte, des visites de temples et de sites historiques.
Vous bénéficierez d’un accompagnement de qualité grâce à un guide expérimenté parlant français.

Une action solidaire pourra être réalisée sur place par vos soins auprès d’une famille de nomade avec l’aide des réceptifs et la coordination du guide.

Portugal 2012 – L’orphelinat aux 102 enfants…

Pays aux villages de rues pavées, aux maisons en pierre de granit et carrelées, aux multiples églises, aux jardins parsemés de fleurs multicolores, aux bars de chanteurs de fado…

Ils et elles s’appellent Gabriel, Anita, José, Carmen, Alvaro, Telma, Vicente, Barbara, Filipe, Fatima, Jorge… ils et elles ont  6 ans, 8 ans, 10 ans, 12 ans… ils courent, ils sautent, ils crient, ils chuchotent, ils refont leur monde, ils rient, ils pleurent, ils obéissent, ils désobéissent – et écrivent des punitions je ne suis pas insolent, je ne me bagarre pas avec mes camarades, j’écoute les consignes des animateurs – ils se mettent en boule, ils ferment les yeux, ils s’endorment… Ce sont des enfants.

Ils dorment en dortoirs, ils se déchaussent ensemble, mangent ensemble, jouent, participent à des activités collectives sur le thème de l’aventure cette année, répètent une pièce de théâtre pour le soir, vont à la plage, dessinent, rêvent… Ce sont des enfants en colonie de vacances.

102 regards tendres, 102 histoires de vie. Quand on entre dans le couloir, on a l’impression d’entrer dans la maison des 102 nains, toutes les chaussures sont alignées contre le mur. Tous les matelas posés côte à côte dans la salle de classe devenue dortoir de cette école transformée en hébergement de vacances font penser au Petit Poucet, quand il dort avec les filles de l’ogre. Mais ces enfants ne viennent pas d’un conte de fées, ils viennent d’une tragédie. Ils connaissent la vie en collectivité car, orphelins ou victimes de maltraitance, ils sont placés dans une institution dirigée par le Père Joachim, à Braga.

Ici, en vacances au bord de la mer à Castelo de Neiva, ils ont un temps et un espace pour vivre leur conte d’enfance et retrouvent le sourire, grâce à une association de bénévoles. Notre contact,  Guilhermina, femme dévouée, professeur de français, nous accompagne au centre de vacances. Nous prenons en chemin l’une de ses amies, mère de trois animatrices. Ces jeunes filles issues d’un milieu favorisé pourraient profiter de leur été à bronzer autour de la piscine, elles ont choisi de consacrer une partie de leurs vacances à s’occuper des enfants. Bravo les filles !

Nous entrons dans une école très bien entretenue où 25 animateurs encadrent les enfants avec le père Joachim. Ils effectuent de plus, les tâches ménagères, la préparation des repas, la vaisselle, la lessive,… Certains d’entre eux, tout au long de l’année, recherchent des dons financiers et matériels pour subvenir aux besoins des enfants.

Après avoir visité l’école-centre de vacances, nous partons nous restaurer. Les enfants rentrés de la plage ont déjeuné : soupe, boulettes de viande sauce tomate, spaghetti, melon et pastèque.

Nous apportons deux grands sacs de vêtements (vêtements tricotés par Annie Daulé et ses amies), une centaine de nounours ainsi que des balles de tennis. Une animatrice explique aux enfants que nous sommes français.

Un animateur prend sa guitare et tous les enfants entonnent une chanson en coeur. C’est émouvant, majestueux. Je dissimule mon émotion en séchant quelques larmes. Rien n’est plus beau que des enfants joyeux : chansons portugaises, rires, mimes, applaudissements. Les animateurs afférés en cuisine rejoignent les enfants pour leur plus grand bonheur.  Le père Joachim est remercié par les enfants. Nous lui confions un petit budget pour améliorer les conditions de vie des enfants à l’orphelinat.  Un livre de chansons nous est donné. Nous ne manquerons pas de le faire traduire à notre retour en France. Une animatrice envoie une petite fille m’embrasser, sa robe est trop grande pour elle. Je la prends de mes bras, l’enlace, la câline, lui rend ses bisous. Jamais je n’oublierai ce tendre moment chargé d’émotion.

Texte de Véronique relu par Isabelle.

École Saint Irénée de Lyon à l’honneur au sein de VDC – Des dons matériels et financiers pour le Maroc…

 

De nouveau cette école Saint Irénée de Lyon s’implique dans la vie de Voyageurs du Cœur depuis plusieurs années avec un succès croissant.

Aujourd’hui 10/05/2012 Laurette et Jean Pierre membres très actifs de VDC ont rempli la remorque de vêtements chauds pour enfants, ados et adultes, des chaussures, du matériel scolaire.

Thierry Merlier, le Directeur a remis un chèque de 810 euro.

Ce chargement sera livré à Oulidate Al Magrib (Les Enfants du Maroc)
dans le sud marocain par notre membre actif. L’embarquement est prévu
le 25/05/2012 à Barcelone.

Laurette et Ellie tiendrons à jour les photos du voyage et de la
livraison sur le web, les enfants de l’école se feront une joie de les
découvrir.

Ce mois de mai apporte son lot de surprises, Voyageurs du Cœur va
recevoir mardi 15 mai un camion de pompiers pour Ocna-Sugatag, ce
projet va enfin se réaliser. De Lyon il ira à Paris pour installer
l’équipement de fonctionnement et nous profiterons de cette occasion
pour remercier le Conseil Général du Rhône, l’école St Irénée ainsi
que ceux qui ont participé par leurs dons à ce projet.

Cet argent servira à terminer l’équipement du camion et surtout à transférer le véhicule en Roumanie car bien sûr il y a des frais, péages, carburant,
taxes, assurance…

Thierry Merlier, son équipe et les enfants nous ont dit à l’année prochaine, nous avons dit présents pour Voyageurs du Cœur !

Laurette et Jean Pierre.

Mission de la famille suisse de Gildo en 2011 pour les Enfants d’Aicha…

 

C’est avec une grande impatience que nous avons fait le trajet jusqu’à Tagannt depuis le regroupement des véhicules à Tiznit…

Arrivés sur place, devant notre porte en métal, Aicha ne nous entend pas tambouriner sur sa porte..peut-être n’est elle pas là…

Un thé à la menthe au café du coin nous réchauffera car, malgré la réputation météorologique du pays, les trois équipages composés de Madée et Rens, de Philippe et de Lydie, de Gildo , Alexandra et les loulous Arnaud et Solange, avont froid…Il fait un vent !!

Quelques minutes plus tard, une horde d’enfants traverse la route, sur leur dos, des sacs d’école « bien Européen »…nous nous levons et tentons une première approche…les enfants se pressent à tambouriner à cette porte, ils ont pour certains un peu peur de nous, pour d’autres, mille questions dans leur regards…

Un enfant ouvre cette porte et s’engouffre alors, cette nuée de petites têtes…Nous suivons même si nous ne sommes pas chez nous, bien trop froid pour rester dehors…

Premier constat en montant l’escalier, il fait froid dans cette grande maison au pièces hautes. Un vrai courant d’air, un tourbillon d’odeurs charriées par ces vents traversants la bâtisse.

Aicha nous accueil en haut, adorable, gentille et souriante…puis, l’heure du thé arrive…premier échange avec les enfants..les moins timides nous approchent, des téméraires s’osent même à venir s’asseoir auprès de nous.

Le thé avalé, Aicha nous fait découvrir la maison…même constat…peu de meubles (une table basse ci et là, un grand tapis, des matelas à même le sol, des lits de bébés), pas de jouets, une télévision  posée sur un meuble vacillant…et toujours ces courants d’air !

Sur la terrasse, une cuisine, portes ouvertes et à côté, une salle à manger , deux tables basses et une vingtaine de mini chaises en plastique…pas de chaise pour les adultes, à croire qu’Aicha ne vit que debout…

Pendant qu’Arnaud et Solange partageaient le repas avec cette vingtaine de nouveaux copains, nous entreprenons de vider les trois véhicules. Sous le regards des badauds, des commerçants et autres restaurateurs, nous déversons des centaines de kilos de jouets, d’habits, de matériel scolaire, de produits d’hygiène…Un grand salon est transformé en salle de jeux…des jouets à perte de vue, des cadeaux de nos donateurs…les enfants jouent…

Puis heureux de la tâche accomplie, on se dit que l’on pourrait pousser le bouchon plus loin…Il y a tous ces carreaux manquants, cassés, ces fenêtres qui ne ferment plus…Après tout, ce n’est pas parce que nous sommes au portes du Sahara et qu’il est censé faire chaud que nous devons laisser ces enfants la morve aux narine…Alors, passage à l’action «réfection des carreaux », trouvé un fournisseur d’échelle, démontage des fenêtres, négociation avec les commerçants (des jeans contre des vitres) , du bois pour couvrir certaines ouvertures de façade, du plastique dur mais transparent permettant de boucher les puits de lumière ( qui laissent aussi passer l’eau ! ), de la visserie, des poignées…En moins de trois heures, tous le matériel nécessaire est trouvé ( des commerçants sont même partis dans la ville voisine pour nous trouver des vitres ) et , la maison amputée de ses courants d’air !

Un membre à même trouver une nouvelle vocation d’opticien en trouvant de quoi réparer et en rafistolant une paire de lunette que la petite Yasmina ne pouvait plus utiliser depuis des semaines…Une magnifique réparation de fortune, merci Philippe.

Nous voilà remplis de fatigue et de satisfaction d’avoir fait quelque chose de bien…

Pendant qu’Aicha nous invite au repas du soir et qu’elle le prépare, les femmes du groupe préparent le riz des enfants ( 6 kg pour un seul repas ! ) , nourrissent les enfants de ce seul repas sans accompagnement sauf un filet d’huile d’olive et regardent Aicha préparer le pain du lendemain. Les hommes eux, partent échanger des kilos et des kilos d’habits contre de la nourriture auprès des épiciers du village..Même si ce troc est en notre défaveur, cela nourrira les petits..Voilà plus d’une semaine qu’ils n’on pas eût un verre de lait !

Après toutes ces émotions, nous reprenons la route pour nous trouver un coin ou dormir, et le lendemain, nous nous posons pleins de questions…ou sont les meubles ?que fait Aicha de tous ces habits ?quelles aides reçoit elle de l’Etat ? Où va l’argent ? Comment peut elle vivre sans recevoir d’argent ? Seul conclusion à nos multiples questions…peu importe ces questions, elle élève à elle seule 22 enfants abandonnés ! 22 bouches à nourrir, 22 bains à donner, 22 éducations à transmettre, 22 enfants avides de valeurs, de connaissance, de vie…Nous ne devons pas juger, juste admirer…et peu importe si les jeux ne seront plus là, elle se débrouillera pour nourrir les enfants, non pour d’autres activités et c’est bien ça le plus important !!

Après une razzia au marché de Guelmim, nous remontons à Tagannt livrer les vivres et faire encore quelque trocs…même les compact disques des autos sont échangés contre des yaourts.

Nous ne verrons pas tous les enfants car, il y a école en ce samedi….et il est probable que cela nous arrange bien…repartir sera sûrement plus facile sans les regards…c’est ainsi…

Nous voilà repartis maintenant pour Igmir …il y a encore quelques kilos de matériel scolaire à livrer….demain matin…..

Puis,  la partie touristique commence réellement mais ça, chacun le garde pour soi…peut-être par pudeur…car, notre société n’aime pas comparer leur misère et nos privilèges….

Expédition MONGOLIE au CŒUR 2013 – Entre ciel et steppe

Départ le 1er juin 2013 depuis Paris pour rejoindre Ulan Baator…

Une aventure humaine ponctuée d’actions solidaires, des voitures, deux camions, une moto serviront de moyens de locomotion à cette aventure pour emmener à travers les pays sur 25000 kms des hommes et des femmes épris de voyages et de découvertes d’autres peuples.

Berlin, Vilnius, Riga, Tallinn, Saint petersbourg, Moscou, Moscou, Nijni-Novgorod, KAzan, Perm, Yekaterinburg, Tyumen, Omsk, Novossibirsk, Tomsk, Krasnoyarsk, Kansk, Irkoutsk, Ulan Ude et Ulan Baator serviront de jalons à ce parcours magique pour ceux qui aiment l’évasion…

Une fois dans la capitale et les objectifs validés avec l’organisation locale (formation informatique pour les handicapés, aide aux dispensaires, aide aux familles nomades…) nous projetterons ces actions sur la durée du séjour…

Nous retrouvons le groupe MOTOLAND de 12 reporters qui arrive de la réunion pour parcourir la steppe à deux sur des motos chinoises que nous aurons acheté pour l’occasion. Ces motos seront cédées gratuitement aux familles nomades à la fin de leur séjour.

Départ vers l’ouest du pays pour parcourir la steppe quelques jours avec les motards reporters. Nous filerons vers Altai et ses pics à 4500 mètres, la zone désertique de 700 kms dans le sud du pays puis le désert de Gobi et retour sur Ulan Baator.

Nous pourrons retrouver l’organisation locale et réaliser un bilan des actions solidaires puis départ vers le Nord et le Lac Khövsgöl pour tenter de voir les Tsaatan peuple vivant dans les tippies, nous partirons à pied à travers la Taiga pour les approcher.

Il sera temps de rentrer en se dirigeant vers la frontière ouest pour parcourir de nouveau 900 kms en Russie puis traversée du Kazakhstan avant de rejoindre l’Ukraine par la Russie pour un retour le 31 aout 2013.

Aidez nous à réaliser cette aventure en nous aidant financièrement pour les actions solidaires.


Notre partenaire Euro4X4parts.com qui nous apportera son soutien logistique tout au long de ce voyage en se tenant prêt à nous envoyer des pièces mécaniques.

Compte rendu, visite à but humanitaire, Paris 2011, camp Rom d’Aulnay…

 

Le samedi 15 octobre 2011 avec nos amis suisses de passage à Paris avec une grosse quantité de dons (chaussures, vêtements, vélos…) nous avons pris la camionnette de l’association chargée de dons pour les emmener au camp roumain d’Aulnay ZI.

Nous avons tout livré dans un camp roumain installé entre trois autoroutes depuis 11 ans… Des enfants sont nés dans ce camp et ont grandi coincés entre un triangle d’autoroute accessible que par les bandes d’arrêt d’urgence…

Une fois tous les dons rassemblés au milieu du camp nous laissons cette famille organiser la distribution, apprendre à respecter les règles établies est un impératif… La main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit… Prendre la main de la personne avec vos deux mains pour montrer la fraternité du geste, limiter les photos, les remercier de vous avoir accueilli… Une goutte d’eau dans un océan de misère mais un peu de chaleur dans un monde qui entre dans une ère glacière d’humanité…

Merci à Gildo et sa famille et à Didier Robin.

Ce Samedi 15 octobre nous effectuons le trajet nous séparant du Château de Brou-sur-Chantereine, Château ou, nos amis français, profitent d’un local mis à disposition par un membre de l’association…quel magnifique endroit…tellement différent de ce que nous allons voir.
Ce troisième objectif 2011 s’articule autour d’un camp comme il y en a des dizaines autour de Paris…Un camp qui existe depuis 11 ans, un camp ou des enfants sont nés…

Nous y voilà, 15 minutes après, nous parquons les voitures à même la bande d’arrêt d’urgence d’un bras d’autoroute !!! Notre objectif du jour, un camp de roms, il se situe dans un échangeur, entre deux autoroutes, au milieu d’une petite forêt.
Accompagné du C15 de l’association Française, arrêtés à même l’autoroute, les conducteurs pressés nous regardent à peine…
Une fois les enfants à l’abri de l’autre côté de la glissière de sécurité, nous entamons une visite du camp…Comment lorsque l’Europe trouve de quoi diviser la dette astronomique de la Grèce en deux, ne trouve t’elle pas de quoi loger ces gens de manière humaine ?

Une fois, cette tristesse et cette désolation constatée, nous nous lançons dans le déchargement de notre fidèle Toy et du C15… quatre vélos, un lit de voyage, 310 kg d’habits enfants et adules, 80 kg de jeux, 30 kg de produits d’hygiène et un volume immense de duvet, de linges de maison et des sacs de couchage militaire…
Une montagne de matériel qui certes, n’arrangera pas leur avenir mais qui permettra d’alimenter des familles restées au pays, d’être habillé correctement et surtout de diminuer la sensation de froid cet hiver.

Merci à vous toutes et tous qui on permis d’améliorer ce quotidien..Merci pour eux.

Pour Voyageurs du Cœur
Les Alves
www.voyageursducoeur.org

Distribution des Colis de l’école St Irénée au MAROC

 

Le vendredi 1er juin nous sommes partis de Fés jusqu’à Zeïda ou nous
avons passé la nuit. En soirée Ali, son épouse, le comptable et le
photographe de l’association Oulidate Al Maghreb nous ont rejoint.
Nous avons mis au point quelques détails sur la livraison.
Nous sommes partis le samedi matin en direction de Tounfite puis avons
pris la piste pour aller sur Sidi Yahia et Youssef.
Notre ami Ali avait bien préparé notre arrivée, l’instituteur, le chef
du village et les enfants nous attendaient dans l’école du village.
Nous nous sommes installés dans l’école pour distribuer les vêtements
et le matériel scolaire aux enfants.
Une deuxième distribution a eu lieu sur la place du village ou les 56
familles ont reçu un sac de vêtements chauds.
L’accueil a été trés chaleureux et lorsque nous avons fini la
distribution nous avons été invité à partager un excellent tajine.
En fin d’après midi nous sommes repartis pour continuer notre voyage.

Merci encore aux participants de ce voyage, les enfants de l’école St
Irénée, les Parents, les enseignants, l’association Oulidate al
Maghreb (les Enfants du Maroc).

 


Laurette et Jean Pierre.