Désir de Mongolie

DESIR DE MONGOLIE

Désir de s’immerger jusqu’à l’âme dans l’immensité pure des origines ?… poussez la porte d’une autre dimension… là où le bleu vibre avec l’or du ciel… où la lumière se reflète dans les yeux plissés par le vent des siècles… là où l’éternité et l’instant se rejoignent, où le point de coordonnées longitude-latitude et l’infini ne font plus qu’une seule et même chose… rien n’arrête le regard.

Il y aurait des lacs et des rivières, des prairies et des montagnes, des steppes herbues, des étendues qui sablent et qui rocaillent, traversés de horde en transhumance: ovins, yaks, chevaux… chameaux de Bactriane aux longs poils apprêtés pour l’hiver… grues-demoiselles près d’un ruisseau, près de la piste, près de vous… chiens de prairie tels des boules de flipper à votre passage… survolés par l’envergure d’un aigle.

Il y aurait une impulsion de désert dans l’air odorant de sable qui parvient par brassées de vent à chaque inspiration. Vous vous sentez emplis d’une émotion irrisante: espace, lumière, silence. Plénitude au confluent d’un paysage réel incandescent de beauté et d’un paysage intérieur renouvelé. Et si d’aventure vous tendez l’oreille aux chants de la vastitude, vous percevrez le souffle rauque des conques qui appellent à la cérémonie au monastère d’Erdene Zuu.

Il y aurait le parfum de la fumée de bois, de la laine de moutons, quand vous baissez la tête pour entrer dans la yourte, sur vos mains la chaleur d’une tasse de thé salé au lait de dri, dans votre mémoire le pétillement des regards aux pommettes rouges. Il y aurait le silence minéral de l’Altaï dans un soir mauve orangé – là où la terre devient ciel, c’est l’horizon.

Il y aurait des noms aux sonorités rebondissantes comme les gazelles de la province de Sühbaatar, des sonorités à faire battre le cœur plus vite, Bayankongör, Tsetserleg, Oulaan-Bator, Karakorum, des sonorités à mettre les jambes en mouvement… jusque là où les étoiles veillent sur le silence chaleureux de la Terre…

Un pays qui vous cavalcade l’âme, un pays que vous quittez avec une seule pensée: y revenir. La Mongolie.

Texte écrit par Isabelle ROBIN en 2011 pour Voyageurs du Coeur

juin 19, 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *