A propos du don…

 

Tous ceux d’entre nous qui ont participé à des voyages solidaires sont revenus avec de beaux souvenirs pleins la tête, mais aussi avec un grand nombre d’interrogations.

Nous ne changeons pas le monde, c’est lui qui nous change lorsque nous le parcourons. Telle est notre devise.

Les voyages que nous faisons se veulent touristiques et utiles, nous avons toujours revendiqués ce côté non professionnel, mais face succès remporté par cette manière de voyager, il nous semble primordial de faire ici une mise au point importante.

C’est pourquoi nous avons voulu porter à votre connaissance le texte ci-dessous,  extrait d’un article paru en 2006 sur le très intéressant site Ritimo (Réseau d’information et de documentation pour le développement durable et la solidarité internationale) et repris dans la charte du don de l’Association Planète Urgence.

Donner des vêtements, de la nourriture, des médicaments sont des réflexes courants envers les plus démunis. D’autant plus quand on vit dans des pays riches où l’on a plus qu’il ne faut, et que l’on se sépare souvent d’objets dont on se dit qu’ils pourraient servir à d’autres. Malheureusement, tout n’est pas si simple dans ce domaine, et si le don semble la forme la plus naturelle de la solidarité, il n’est pas forcément la meilleure et il peut même quelquefois être la pire.

C’est un étonnant paradoxe, mais certains gestes de générosité peuvent en effet nuire à leurs bénéficiaires. Les dons peuvent être inappropriés, inadaptés, dangereux, polluants, destructeurs de l’économie locale, etc.
Ils peuvent également créer des relations de pouvoir, générer des comportements d’assistés, augmenter les inégalités, alimenter les marchés noirs… Autant de choses auxquelles on ne pense pas forcément quand on vide ses placards, ses rayons ou ses entrepôts.

Le don de matériel est rarement une solution pour être solidaire de façon plus efficace et responsable. Et si l’on fait un don, il faut que ce soit un don réfléchi, basé sur une demande précise émanant du ou des bénéficiaires et non une opportunité de donner des choses dont on ne veut plus ou dont on ne sait plus quoi faire.

Nous adhérons aux idées portées par ce texte et voulons par cette publication affirmer notre volonté d’actions réfléchies, cadrées et intelligentes.

Donner oui, mais donner bien, donner mieux (et pas forcément des biens matériels) en gardant toujours à l’esprit cette citation « La main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit » (Amadou Hampâté Bâ), qui peut être notre garde fou pour préserver la dignité des personnes auxquelles nous souhaitons venir en aide.

N’hésiter pas à réagir sur cet article, tous vos commentaires sont les bienvenus.

mai 5, 2017

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *